P comme partage

Lors de la lettre E, je vous ai parlé de mon parcours hétérogène en apparence. Mais le point commun entre toutes ces expériences était le partage : Le partage de savoir dans la formation, le partage d’expérience dans le conseil en insertion, le partage d’affection dans l’animation.

Tous les moments forts en tout cas étaient dans le partage humain. C’est ce que j’apprécie dans ce challengeAZ c’est un échange où chacun peut aller voir ce que les autres disent sur cette passion commune de la généalogie.

Alors, un partage que je peux imager avec le monde de la généalogie c’est celui de ma grand-mère me racontant une anecdote sur son enfance durant la guerre : Sa sœur qui était petite, jouait sur un tas de sable. Un Allemand, un jour, est venu se poster sur une pierre à l’entrée de la cour. Le lendemain à peu près à la même heure l’Allemand était sur sa pierre ; et les jours suivants aussi. Les parents n’étaient pas rassurés et se demandaient ce que l’Allemand faisait là et s’il les surveillait. Le père de famille, le lendemain, se renseigna donc auprès des fermes voisines pour savoir si eux aussi avaient une surveillance allemande devant chez eux. Et à leur grande surprise il n’y en avait que devant chez eux… Du coup, prenant son courage à deux mains, le père alla à la rencontre de l’allemand pour lui demander ce qu’il venait faire ici tous les jours. Le soldat était tout penaud ne voulant pas déranger. Mais il avait une femme au pays qu’il avait quitté depuis longtemps qu’il était en campagne partout en Europe. Il savait qu’il avait eu une fille mais ne l’avait encore jamais vue. Alors, il venait voir cette petite fille qui avait peut-être le même âge que la sienne, et ça lui faisait du bien de la regarder jouer.

Ce jour-là, les deux hommes partagèrent malgré la guerre, un peu de cette humanité qui leur était commune. Pour moi c’est ça l’humanité. Le partage de valeur commune, un échange d’idées, un partage simple. Cet Allemand n’était pas sur cette pierre en tant que soldat mais en tant que père. Entre pères ils ont pu s’apprivoiser et se comprendre. On a pu voir de nombreux films parlant de partage durant la guerre, au grand dam des états-majors. La généalogie, pour moi, est à l’image de cette histoire : Il y a des recherches dans des archives et au-delà de belles rencontres tout le long du chemin.