Elle se met à oublier

Le titre est évocateur et vous vous dites "ça y est on repart sur la maladie d'Alzheimer... " Non messieurs et mesdames, cette maladie ne m'a pas encore atteinte et je me souviens encore parfaitement que le sujet fut abordé il y a quelques jours à peine sur ce blog. Et comme je n'ai jamais aimé les demi-tours (tradition familiale oblige) il n'est donc pas question de reprendre le sujet.

Mais il y a mille et un oubli et celui que je vais aborder aujourd'hui est voulu tout au moins inconsciemment.



Tout d'abord, comme toujours, la chanson : il s'agit d'une chanson de Valérie Mischler issu d'un album, somme toute assez récent, Méli-Mélo de 2013.

Il y est question d'oubli, mais de celui qui soigne et fait passer la pilule d'une vie trop douloureuse.


Là-encore, le tempo semble marquer la mesure du temps, et l'on ressent de façon presque tangible les souffrances endurées.


Oui, ça n'est pas gai, mais je vous l'ai dit, la vie est faite d'ombre et de lumière. Et Mémo-livre croise ces zones de failles, quand l'histoire se montre cruelle : une guerre, un amour infidèle, un proche parti trop tôt.

Oui, on aimerait oublier et parfois c'est le cas, on oublie. On oublie ce qui ne peut être résilience, lorsque le voile de la mémoire ne se referme ni le jour ni la nuit. On oublie, quand il est trop dur d'être porteur de savoir.


Mémo-livre n'est alors pas là pour réveiller une mémoire défaillante par besoin. Il est tangible, le passage où la voix se casse sous le sanglot que l'on retient, lorsque le regard fuit vers l'intérieur, dans un passé trop profond pour le remonter avec soi. Nous ne rentrerons jamais dans cette mémoire-là.

Oui, il serait peut-être thérapeutique de porter en mots ses sentiments, ses sensations, mais je ne suis pas thérapeute et ne saurais pas comment transformer cette souffrance pour en aider le porteur.


Je n'irais donc pas au-delà du rideau, car toute vérité n'est pas bonne à dire pour le porteur de souffrance. Et si sa mémoire me fait barrage, c'est un choix salutaire que je n'irai pas contredire.


Nous pourrons l'aborder en surface, et repartir plus loin, pour que la mémoire ne se referme pas sur ce qu'elle veut encore bien nous livrer.

Mémo-livre préserve la mémoire mais ne la viole pas.


Petite note plus gaie sur la manière de parler sur un sujet sans en avoir l'air :

La femme du boulanger de Marcel Pagnol, avec la superbe scène du retour de la Pomponette : le boulanger, sous prétexte de parler de la chatte qui rentre, parle de ce qu'il ressent. Il ne prend pas de front ce qui est trop douloureux, mais le ton est cru et la parole franche.

Une mémoire peut être abordée aussi de cette façon sans en avoir l'air. Inutile de brusquer les choses.

On se revoit toujours dans deux jours ? Je compte sur vous !