• Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • LinkedIn Social Icône
  • Mémo-livre

elfquest de wendy et richard pini

L’ethnologie dans la fantaisie Tout le monde a au moins entendu parler de trolls ou d’elfes, que ce soit dans nos contes ou dans les excellents livres de Tolkien. Il est alors souvent question de personnages légendaires basés sur la force ou sur un monde magique. Dans la série de bandes dessinées dont je vais vous parler, il s’agit d’elfes. Comme son nom l’indique, Elfquest est une quête dans le monde est simple.

Le premier épisode nous fait rencontrer une peuplade assez primitive vivant au cœur de la forêt loin des hommes qu’ils craignent. Ils vivent en harmonie avec les loups dont ils ont pris une partie des comportements sociaux. Mais un incendie les prive de leur territoire et ils doivent se mettre en recherche d’un nouvel espace pour les accueillir. L’histoire assez simple pourrait s’arrêter là, mais il s’agit en fait d’elfes qui n’ont plus de pouvoir et en aurait eu avant. Ils vont alors se retrouver dans une quête plus grande qu’eux qui va les emmener à la rencontre d’autres elfes dans d’autres contrées lointaines avec d’autres mœurs. On rencontre aussi des trolls dans cette aventure, bien entendu. La structure de la série d’ouvrage est faite sur le même modèle qu’une série télévise et l’on doit donc attendre l’épisode suivant pour avoir la suite de l’histoire. Que de frustration, quand on les lit au fur et à mesure de leur parution… Mais aussi dans ce cas une obligation presque systématique de tous les précédents épisodes pour y intégrer le nouveau. J’avoue que ma lecture n’y a pas résisté, car je suis parti vers d’autres livres en grandissant et je n’ai pas pris le temps de m’y remettre après mes études. Mais il n’est pas impossible que je les reprenne un jour en achetant tous ceux que je n’avais pas encore à l’époque.

Il s’agit de comics issu des Etats-Unis dans lesquels on retrouve le style graphique épuré et dynamique. Il y a néanmoins un vrai univers elfique très doux qui tranche avec les couleurs simplistes apparentes du départ. Les influences sont indubitablement de Tolkien, mais aussi avec une influence amérindienne dans l’univers du peuple loup. Une étude des caractéristiques des diverses peuplades est à mon sens pas mal travaillée et donne déjà un bon résultat. On y retrouve les quêtes héroïques, les rivalités, le compagnonnage, l’amour sublimé, la notion de peuple fondateur, la décadence d’une race qui ne fait plus d’enfants… C’est une série peut-être sans prétention, mais qui est agréable à lire et nous emmène dans un autre monde.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now