• Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • LinkedIn Social Icône

L'intergénérationnel en crise dans notre société

 

 

Autrefois l'hiver, il y avait une vraie "migration des vieux : leurs maisons n'étaient souvent pas bien isolées et la manipulation du bois pour le chauffage était un travail dur pour les aînés. Le froid était plus prenant et l'on regroupait donc les membres de la famille dans une seule maison.

De plus, quand les anciens ne pouvaient plus assumer les tâches du quotidien, on les accueillait naturellement chez soi pour leurs vieux jours. Le foyer protégeait souvent trois générations.

Aujourd'hui, les hivers sont moins rudes avec le réchauffement climatique. Les maisons sont mieux isolées et mieux chauffées. Les personnes âgées ont connu les années 60 avec leurs enfants et la liberté a pris le pas sur la solidarité, favorisant le droit à l'individualisme.

Les Seniors ne désirent plus forcément finir dépendants de leurs enfants et peuvent pour cela bénéficier d'aide à leur domicile pendant très longtemps. 

Par ailleurs, la technologie a facilité la mobilité, et les nouvelles générations n'hésitent pas à partir dans toute la France, voire à l'étranger, pour un meilleur cadre de vie ou un emploi.

Notre société évolue et les normes sociales se réinventent.

Nous ne partageons plus le même habitat ni la même façon de voir la vie que nos aînés.

Mais que savons-nous encore de ce qui a fait leurs vies ?

Comment prenons-nous la mesure de ce qui faisait la particularité de notre famille et son unité ?

Quelles sont encore les valeurs que nos anciens nous transmettent par leur histoire ?

Une famille qui ne sait plus d'où elle vient peut-elle encore répondre à ces questions ?

Comment protégez-vous le savoir de vos anciens ?

Qui dira à vos enfants qui étaient vos grands-parents, quels étaient leurs métiers, leurs caractères... ?

Qui racontera à vos enfants le bouleversement du vingtième siècle avec ses guerres et sa révolution technologique ?

Les livres d'histoire leurs feront-ils comprendre le danger du rejet de la différence, la difficulté de laver le linge sans la machine à laver ou le problème de la conservation de la nourriture sans réfrigérateur ?

Qui racontera les anecdotes sur la tante Jeanne et son sacré caractère, sur le grand-père Cyril qui parlait des tranchées quand il avait le vin triste, sur la grand-mère Julienne qui parlait aux statues du parc pour passer le temps ?

Ne laissez pas perdre tout cela ! Il n'est jamais trop tard !

Laissez-moi vous aider !

"Pour moi, je considère la mort de chacun... comme l'incendie d'un fond culturel non exploité." 

Amadou Hampâté Bâ, écrivain et éthnologue malien, défenseur de la tradition orale,

dans son discours auprès de l'Unesco en 1960.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now